Sunday, 7 December 2008

GRIOTS




Le 6 et le 7 Décembre les Grecs ont vécu l’expérience des émeutes sociales qui n’ ont pas eu de précèdent, depuis le début des années ‘90. Le meurtre d’un adolescent Grec de 15 ans, par un policier de MAT (CRS Grec) dans un café du centre ville d’Athènes, plus précisément dans le quartier de Exarchia , l’équivalent du Quartier Latin ,a été la cause de toute une série de manifestations violentes, très vite prolongée presque dans toutes les grandes villes Grecques. Du Nord du pays, jusque dans l’île de Crète, des milliers d’étudiants et des citoyens Grecs se sont lancés à des actes violents comme réponse au meurtre du jeune Alexis Grigoropoulos.

Pourtant, ce qui n’est peut-être pas étonnant mais tout de même très grave, c’est la manière que les media mondiaux ont adoptée comme explication de la situation ainsi que l’annonce du gouvernement de la droite Grecque, comme d’ailleurs celle de la majorité des media Grecs, qui traitent un phénomène social très grave d’accident particulier et aussi d’un acte isolé d’un policier qui aurait perdu son sang froid, une explication qui veut que les manifestations répandues dans toutes les coins du pays auxquelles ont participé des grecs de tout âge est la suite effectuée par les soi-disant ‘’ ils ‘’ du milieu anarcho-autonome comme une simple vengeance.


La vérité est beaucoup plus grave, les émeutes sont le résultat d’une politique anti-laïque, soutenue par des mesures policières autoritaires contre le peuple Grec qui subit les pires des mesures économiques et sociales depuis la restauration de la démocratie en 1974 après la dictature des colonelles. Les Grecs sont très pessimistes et ils croient que le pire est encore à venir.

Labels: , , ,

0 Comments:

Post a Comment

Subscribe to Post Comments [Atom]

Links to this post:

Create a Link

<< Home